A Good Day


 

Le dimanche, c’est pourri, mais le lundi, c’est beau. C’est beau le matin, c’est beau l’après-midi. C’est la journée à ne pas rater. Je ne peux pas y être, je dois alphabétiser la France. Pas inquiet pour deux sous. Les vagues ne dérouleront pas seules. Il y aura au minimum ces deux types qui foutent rien de leurs journées. Version moderne des punks à chiens. Branleurs. Ils y seront. Je ne m’inquiète pas. Pareil, il y aura aussi leur pote trop pauvre pour s’acheter une vraie planche de surf et qui doit se contenter de faire des toupies sur son bodyboard. Après, ils viendront me voir, parce que j’ai l’électricité. Style, tu peux monter les images shootées par Alex l’handicapé ? Style, on peut prendre une douche chaude chez toi ? Style, t’as pas un truc à manger. Style punk à chiens. Pas de problème, c’est cool, touchez juste pas à ma femme. Filez-moi les images, comme ça je n’aurai pas totalement manqué la journée …

 

Posted in Non classé | Tagged , | 13 Comments

43 €

 
 

C’est la déprime, c’est la crise. Les gens y-z-ont plus l’argent pour manger et Jex arrive et il a plus la planche pour surfer. Safia écrit des contes surfistiques extraterrestres. Moi je glande sur ma terrasse explosé dans mon coussin géant floqué aux couleurs de l’oncle Sam. Je suis stars and stripes à fond. Totalement corporate America. Et je regarde les deux morceaux de planche que Jex dépose dans le jardin. RIP the Wombat. On doit bien pouvoir en faire quelque chose de tout ça. Une 5 pieds ? Une 5 pieds. C’est ce que Marco aurait fait. Marco, c’est mon guru shaper des West Indies. Il aurait fait ça. Et en dédicace, il aurait écrit « Fuck les cons qui payent 800 euros pour surfer une mini Simmons ». Trop de hype tue le hype. Une mini Simmons, une barbe et une coiffure comme à Hossegor. Un bermuda en jean avec ourlets et des espadrilles. Ca sent la sortie de crise. La planche la plus petite et la moins chère possible. Pain de récup’, plugs de récup’, chutes de fibre et restes de résine. Teintée rose et grise. Parce que ce sera une planche du matin et que le matin le ciel est souvent rose et gris. Ca peut marcher. Les monstro-planches de Marco, elles marchent en tout cas. Moi ce sera The Ugly. Et vous savez quoi ? Pour 43 €, ça le fait bien. Ca le fait même pas mal du tout !

 

Posted in Non classé | Tagged | 2 Comments

U Ride Da Bowl, uh ?

 
 

Moi, quand on me dit skate, je pense béton. Quand je pense béton, je pense rugueux, je pense viril. Je pense qui fait mal. Je pense cuir. Je pense moustache. Je pense cuir – moustache. Je pense à des mecs en sueur qui aiment souffrir. Je pense Der Kommissar. Quelques images rapides de cet univers masochiste qu’est l’univers du skate, tournées lors d’une soirée planche à roulettes / barbecue au tout nouveau bowl de St Girons. Qui se trouve d’ailleurs à Vielle. Je le dis avant que ça ne fasse débat. Bien sympathique. Le bowl et la soirée. Un peu déçu quand même par le style vestimentaire des riders. Pas de cuir, pas de moustache, que de la sueur. Pas tant de gamelles que ça. Tant mieux. Et la perspective de beaux rides hivernaux pour se faire les cuisses et rester en forme en attendant les vagues qui vont finir par revenir un jour. Surement. Et quand je pense vagues, je pense combi, je pense latex, je pense wax, je pense leash … putain, je pense que je fais des sports bizarres !! Enjoy …

 

Posted in Non classé | Tagged | 2 Comments

Last Shot …

 
 

C’est bon de se réveiller, avec une légère gueule de bois (légère), de tituber jusqu’à Facebook, de parcourir sans grand intérêt les posts sans grand intérêt de mon million de cyber-amis, de tomber sur la tronche du type dont on fêtait l’anniversaire hier soir, un peu responsable de ma légère gueule de bois, de me dire qu’il est décidément très laid, mais que la planche qu’il tient entre ses mains est, elle par contre très jolie, de sentir mon cerveau percuter, style, bon sang, mais c’est bien sûr le dernier opus sur Sumatra promis par Francisco, p….., c’est cool, comme ça au saut du lit, mon mug de café à la main de savourer un petit quart d’heure de très bons souvenirs ! Alors merci Francisco pour se réveil dans le smooth. Encore du super boulot. Du coup, je ne vais même pas voir la mer. Parce que c’est surement moins bien que dans le film. Enjoy !!

 

Posted in Non classé | Tagged , , , , , , , | 4 Comments

The Sides Of The Road

 
 

Bon, il pleut de partout. L’eau est dégueulasse. Les vagues sont pourries. Le classique 2013. Alors on boit des bières. Et quand on boit des bières, on a des idées débiles qui nous viennent. Enfin, surtout Tom. Soit parce qu’il est plus débile que moi, soit parce qu’il tient moins bien la bière. Et il arrive à embobiner tout le monde. Nous étions donc quatre à nous vautrer dans une eau bien ignoble, entre sacs poubelles et cadavres de grenouilles, pour surfer les bas-côtés inondés de la route d’Azur. Et ça a donné des scènes bien cocasses. Rien que pour revoir la tête des automobilistes et des cyclistes en train d’halluciner devant ce spectacle pas si fréquent, ça donne envie de le refaire. En plus on s’est bien marré, ce qui n’enlève rien. Alors, pareil demain on meurt tous de dysenterie aiguë, mais au moins, on aura bien rigolé. Enjoy !!

 

Posted in Non classé | Tagged , , | 5 Comments

Sumatra 5 : That’s All, Folks !!

 
 

Bon, j’arrête, parce que ce n’est pas bon pour ma santé mentale de ressasser toutes ces images de trips dans des pays où l’eau est chaude et où les vagues déroulent. Il faut que je fasse un effort pour réintégrer mes Landes pas natales. Il va surement y avoir un moment où on va se remettre à l’eau, une session dont on va sortir en se disant que, oui, on a raison de vivre ici, et que c’est le paradis du surf. De toute façon, je m’en fou, j’ai une super 4/3 et des chaussons neufs pour cette été. Mais bon, je reforme le french crew à n’importe quel moment pour partir dans de nouvelles aventures surfistiques. Merci à tous. La bise. Et … enjoy le générique de fin (encore un grand merci à Adam pour son impro juste mortelle. Si certains veulent traduire les paroles pour Tom …).

 

Posted in Non classé | Tagged , , , , , , , | 6 Comments

Sumatra 4 : Surfing There

 
 

Jenny’s … Tom nous en avait parlé. Il l’avait surfée l’année précédente avec Tiou. On avait vu des images. Une super droite. Deux sections qui tubent, un peu plate sinon. Y’a de l’eau. Cool, une bonne vague. Et une droite. Alors après dix jours de gauches et surtout après deux jours à regarder le spot en face du camp saturer, on s’est décidé à faire un tour sur Jenny’s.

 

Premier jour : tout petit. Grosse déception. Deux heures de route pour surfer une droite finalement quelconque. Quelques séries sympa. Mais pas vraiment la vague décrite par Tom. On s’est quand même mis à l’eau, mais, malgré le cadre super classe, on ne s’est pas attardé. Second jour : grosse flemme. Pas envie de refaire la route. Tom et Tiou super chauds pour se taper le trip en moto. Le reste de l’équipe décide de rester se reposer au camp. On verra ce soir. En fin de journée, les Australiens sont revenus les premiers. Where have you been ? To Jenny’s, mate. Met you friend there, the big one with the tattoos. Just charging on every wave. Number one in the water. It was big ? Yeah, like eight feet. Tell your friend the beers are on me tonight … Merde … Pas super certains de vouloir y retourner le lendemain du coup. D’expérience, on sait que les bonnes sessions pour Tom sont rarement de bonnes sessions pour nous.

 

Mais bon, vendredi, dernier jour avant de repartir vers chez nous. Alors on se motive. Ouais, cool, du fat Jenny’s au programme. Ouais, on est des chargeurs !!!! Bon, de la plage, un bon mètre cinquante, plutôt sympa, style droite à manoeuvres. Tom et Tiou déçus. Nous pas mécontents finalement. Et puis, il y a eu ce set. Quatre vagues. Et grosse panique. Style, merde, je me noie. Une bonne demi-heure pour s’en remettre. Et même après, la désagréable impression d’être dans une partie de chasse, mais pas à la place du chasseur. Les leash qui pètent, les mecs qui sortent. La trouille de finir seul au pic. Au bout de trois vagues, j’ai regagné le bord. Un peu honteux. Et on a regardé Tom et Tiou se lancer sur tout ce qui bouge. En se disant que de la plage, ça n’avait pas l’air si méchant que ça. Mais bon, ça, c’est de la plage …

 

Ah … La musique … Si j’avais pensé à Tom en faisant la montage, je pense que vous auriez eu droit à Tata Yoyo d’Annie Cordy. Mais je crois que c’est le seul que ça a fait rire. Avec Tiou. Pour les autres, c’était plus « We all live in a yellow submarine » … Bon, j’ai fini sur Bashung … Mais il était tard et le pack de bières était vide. Moi j’aime bien. Mais j’ai aussi une version plus rock, alors si c’est insupportable avec Bashung, vous envoyez des messages et je change. Ou je mets les deux … Ou alors, vous buvez plus de bières … Allez, enjoy !!

 

Posted in Non classé | Tagged , , , , , , | 9 Comments

Sumatra 3 : Living There

 
 

Le charme du trip, c’est aussi la vie au camp entre les swells ou entre les sessions. Belote, dominos, billard, entrainement pour une future participation à Koh-Lanta … ou rien du tout, à chacun son truc. On traite les images, on soigne les petits bobos … La seule constante, c’est le rendez-vous du soir, bière à la main, à regarder le soleil se coucher depuis la tour. Puis, le repas, bière à la main avant d’attaquer la soirée, bières dans les mains. Et là, tout devient possible …

&nbsp

Posted in Non classé | Tagged , , , , , , , | 14 Comments

Sumatra 2 : Surfing There

 
 

Selon les vieux sages australiens (l’Indonésie est truffée de vieux sages australiens), nous ne sommes pas tombés sur une bonne année. On veut bien le croire. Une fin de swell alléchante à notre arrivée, puis quelques jours de petites puis de très petites vagues. Mais des petites vagues longues et chaudes. Parfait pour une mise en jambe. Pour se refaire les bras. Pour prendre ses repères sur le reef.

 

Quand la houle est rentrée, on s’est bien gavé. Chacun à son rythme. François et Tuto tôt le matin, le reste de la troupe après le petit-déjeuner. Une autre session entre midi et deux. Une dernière mise à l’eau pour terminer la journée. Tout le monde a eu droit à des moments magiques. Il suffit d’être patient. Comme le vieux sage australien. C’est comme ça que nous nous sommes retrouvés Tom, et moi pendant plus de deux heures à surfer une vague plus que parfaite, deux mètres plus, connectant tout du long, avec une seule autre personne. A toi, à moi. Gavade. Trip rentabilisé.

 

Après, c’est devenu beaucoup trop gros. Personne à l’eau. Même pas les vieux sages australiens. Et on s’est dit que, merde, on aurait du multiplier par dix le nombre de sessions. Et là, coincé devant mon écran, à écouter la pluie tomber et le vent souffler, je me redis la même chose. Que j’aurais du surfer deux heures de plus par jour. Pour prendre une dizaine de vagues de plus par jour. Parce que c’était quand même super bon. Et que ce n’est pas cette année dans les Landes que je vais pouvoir trouver la même chose.

 

Comme d’habitude, les meilleurs rides ne sont pas documentés. On a eu beau s’y filer de nombreuses heures chaque jour, on n’a pas tout. Entre l’appareil qui décide de ne plus enregistrer en milieu de vague, Floppy qui est soudainement atteint de la maladie de Parkinson dès qu’il touche un caméscope, Choco qui fait tressauter l’horizon quand il gravit les marches de la tour depuis laquelle nous filmions, j’ai du jeter pas mal de séquences. Mais ça reste quand même bien cool. En tout cas, moi j’aime bien. Alors, en attendant la suite de nos aventures … enjoy !!!

 

Posted in Non classé | Tagged , , , , , , , | 10 Comments
%d blogueurs aiment cette page :